Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Partenaires de l'aventure

PART 2011

19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 22:46
Scène & Exposition photo 
Pianotrip en forme olympique: invité au festival du Grand Bivouac, à Albertville 
 
logo-grand-bivouac
Coup de projecteur musical à la Soirée d'ouverture"Les Premiers Pas de l'Aventure". JOIE: Les places s'étant envolées dès les premiers jours à la billeterie en ligne, le spectacle a été reprogrammé en fin de festival, le dimanche. Notre première expo Jouer/triper dans les Jardins éphémères de l'Europe a été mise à l'honneur au Centre Jean Moulin. Cette installation continuera de voyager avec ses échos sur les routes de France, puis celles des pays traversés. Vous l'aurez compris: au Grand Bivouac, c'était Fort. Ca a été fait de grands "Booms". Plusieurs festivals sont entrain de nous programmer sur scène dans des salles...Qui dit Trip? 
 
        Vers le site du Grand Bivouac: http://www.grandbivouac.com/festival-2012/invites-2012/pianotrip   
 

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Les Brèves
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 22:10

Livres en gestation                                                                                                                   le 25 octobre 2012

    FUCKIN MERCIER-FONOVICHPianotrip s'est fait refaire le portrait par Sandrine Mercier et Michel Fonovich dans l'ouvrage "Ils ont fait le tour du Monde", paru aux Editions de La Martinière. De notre côté, deux ouvrages sont en cours d'écriture: nous travaillons sur un beau-livre illustré et un premier roman qui seront achevés dans le courant de l'année 2013. Vivement la version longue par nos soins. On a hâte de vous la présenter..

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Les Brèves
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 21:49

Le 18 juin 2012, Pianotrip a répondu à l'appel de Mauzé! (Festival)

 

PASSAGER.jpg

Extrait du spectacle Pianotrip- Séquence de "L'échappée Belle" en scène. La veille, on s'est faufilés dans les débats d'une discussion animée par Jean-Marc Pineau, en compagnie de Claude Boutet, Damien Artero, et Nicolas Favresse, au Café de l'Aventure.

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Les Brèves
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 21:43

A TRIPIN' WAY

 

"Quoi?! Une déclinaison de Pianotrip sur plusieurs axes?!!                                                                                                           - Ben ouais, Normal..il ne se laisse pas plier aussi facilement dans une boîte, l'animal..."     

Un an s'est écoulé, et Pianotrip a multiplié ses caps en vue de mouler son existence dans une forme défintive. Une forme définitive oui, mais socle unique..Eh bien non! C'est ainsi qu'après avoir traversé en musique et à bord d'un vélo solaire les paysages et les habitants du continent, l'acte a continué son itinéraire. Pendant de longs mois, il s'est mis à traverser les cadres en bois, la scène, et plus récemment les festivals. On vous laisse arpenter l'horizon de ses azimuts en tripant fort pour que ces échos vous parviennent dans un futur proche, autrement que par la tendre mais muette lucarne du net. Voici l'horizon de ses mues.

Pianotrip aujourd'hui, c'est :

Un spectacle Live, dont la programmation se poursuit en salles et festivals.

Une exposition itinérante qui a vu le jour dans le Centre Jean Moulin au festival du Grand Bivouac à Albertville, du 26 au 29 octobre 2012. Elle continuera de voyager avec ses échos si on lui prête un regard attentionné sur la route de Lyon, Paris, Sofia, Venise, et Lisbonne dans le courant de l'année 2013.

Le bonhomme de chemin de Pianotrip est aussi entrain d'entamer une phase de reconversion papier: deux ouvrages (Un beau-livre et un premier roman) sont en cours de rédaction depuis notre petit QG. Ils seront achevés dans le courant de l'année 2013.

P.S: Le trip vous manque à l'âme? Un peu de gaité en acte dans le quotidien cette année? Sachez qu'un café-citoyen circule actuellement sur les routes entre la France et l'Espagne, jusqu'en Andalousie cette année. Son doux nom? La Galoupiote. Son ptit site www.lagaloupiote.com.  

Elle est pas belle de possibles improbables, la vie?

                                                                                                                                                        Tripement vôtre,     Lou Nils & Christophe Clavet

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Carnet de bord
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 18:42

 HOME SWEET HOME !

 

On dépose les malles, le piano, les vélos, pêle-mêle. Temps sublime des retrouvailles ; un palmarès d’émotions au quotidien. Revoir les proches, s'entourer de ses racines, festoyer, mais aussi acheter une baguette de pain croustillante, et tourner la clé dans la serrure en rentrant dans un Chez Soi...Redécouvrir à l'intérieur le charme hypnotique d'une baignoire, et gagner le même lit chaque soir...La prochaine étape pour nous, c’est du repos, et en profondeur.

La suite ?

On est arrivés en France épuisés, avec, au creux des corps l’envie intacte d’exulter. Phase de décantation intense. A la question récurrente de "mais ce n'est pas trop dur de rentrer, se remettre dans le moule?" on préfère sourire de toutes nos dents, tellement elle nous semble loin de notre coin de terre et aspirations. Le bouillonement de créer, de jouer, de se sentir en vie, et d’agir dans ces mondes en mouvement est encore plus intense, à présent. Pas de doute: une crise, c'est vraiment fait pour décriser. On est dans le monde des possibles, et on y reste. Les éternelles questions commencent à affluer, depuis l'extérieur « Vous allez écrire un livre ?" « Un petit film » ? Le mot aveugle « d’après-projet » coule comme un robinet grand ouvert, heueusement, y'a la baignoire.

Alors la dead-line de la suite 2012 : on va commencer à tout rassembler...Relire les carnets, trier les photos, les rushs, sortir les musiques qui nous ont traversé. On va s'atteler à donner un rendu final de cette exploration en piano de 19 mois dans le quotidien et l’actualité électrique de l’Europe. La question, entre autre, c’est : quel support va être à même de restituer au mieux la densité de ce qui s’est donné à parcourir ?

Côté perso, la conclusion hâtive aujourd’hui et maintenant, c’est que toute cette route nous a galvanisé par des idées de création au sens large, et on va continuer à se réaliser dans cette voie. C'est puissant et fragile en même temps, ce chemin; ça tient du dedans comme du dehors pour en vivre. En continuité directe on va donner une forme définitive à nos travaux pratiques dans Pianotrip, qui se déclinent entre musique, textes, dessins, et photos. Pour le reste, l'avenir & les rencontres nous diront la suite, de façon bien plus magistrale que ces premières prévisions à vue de lorgnette. Ce ne sont pas les idées  qui manquent..Tant de choses restent à vivre au XXI ème siècle, avec un peu d'imagination et les tripes qui tambourinent.  

En attendant, comme on n'a pas l'habitude de venir/partir les mains vides,  on en profite ici pour vous inviter à découvrir notre nouveau site où un aperçu de ce qu'on a entrepris dans la traversée est disponibe. Ce site s’est peu à peu construit depuis les routes portugaises, pour arriver jusqu’à vous. (accessible par l’onglet "site" depuis la page d’accueil www.pianotrip.com ou directement ici : www.pianotrip.net

Nous continuerons à donner des nouvelles. STOP. 

Très prochainement une expo devrait voir le jour. STOP.

 Peut-être un livre aussi. STOP.

 

    Avons pas dit notre dernière note, -STOP- ni notre dernier cri. STOP. Ni notre dernier trip. FIN DE TRANSMISSION.  

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Carnet de bord
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 01:15

La rubrique Cogitation en intro

J'ouvre ici la case des idées qui gravitent autour de Pianotrip, du voyage, de ce que je vois. Bribes de réflexions personnelles, tentative de défintion, cet espace est réservé pour s'épancher. Dédié à ceux qui veulent creuser derrière l'image, en savoir plus, même si, dans le cas de Pianotrip, il n'y a pas trop de questions existencielles à se poser. L´essentiel est de triper, de jouer autour d´un piano qui pose son regard sur le monde, en musique et en image, dans l' instant présent. La sève de ce qui se vit se passe donc de cet endroit, et les tripeurs purs et durs auront bien raison de préférer aller se promener dans le galerie photo.   

C´est une action qui se passe volontiers de mots. Faire place nette à la puissance d'une note, à l'evanescence d'une attitude, au lâchage. Surplace, tenter de garder ses distances avec la Raison-mère. Se remplir d'un acte. S'y atteler tout entier. Alors je ne suis pas sûr qu'ils sachent cerner ces "riens" indicibles, mes mots. Mais nous sommes ancrés dans un monde où la raison gouverne, alors, loin de vouloir m'en émarger, je me plante dans le décors, bien volontiers. Pourquoi pas?

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Bloc note
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 00:59

Degrés

Fleurette passe et l'âge dépasse

La jeunesse: il est ainsi des fleurs

à chaque pas dans la vie, de la sagesse, de la vertu;

chacune a sa saison, nullel'éternité.

Coeur, quand la vie t'appelle,

Sois paré à partir et à recommencer,

Cours, vaillant, sans regret,

Te plier à des jougs nouveaux et différents,

En tout commencement un charme a sa demeure,

C'est lui qui nous protège et qui nous aide à vivre.

 

Franchissons donc, sereins, espace après espace ;

N'acceptons en aucun les liens d'une patrie.

Pour nous l'esprit du monde n"a ni chaînes, ni murs ;

Par degrés il veut nous hausser, nous grandir.

A oeine acclimatés en un cercle de vie,

Intimes en son logis, la torpeur nous menace.

Seul, prêt à lever l'ancre et à gagner le large,

Tu pourras t'arracher aux glus des habitudes.

 

Peut-être aussi l'heure de la mort nous lancera-t-elle,

Jeunes, vers de nouveaux espaces.

L'appel de la vie jamais ne prendra fin...

Allons, mon Coeur, dis adieu et guéris.

 

Degré. Le Jeu des Perles de Verre.Hermann Hesse

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Bloc note
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 10:36

Home Sweet Home!

 

Lyon

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Les Brèves
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:49

Tanger-France

On s’était laissés au Maroc, sur les hauteurs de la ville avec un piano posé là-haut, tout en haut, face à l’Espagne, 12 kms en face.
Ca-y-est, c’est décidé: on a pris nos billets de bateau. Après un bon mois ici, on décide de s’embarquer pour la France.
Avant de d'embarquer, Adam, de l’association Cospe,  nous a invité à partager un couscous traditionnel avec sa famille, le couscous de la maman ! Excellent. Rendez-vous donné à 10h, le temps de préparer le couscous, mais surtout d’aller chercher les ingrédients qui vont bien... On a fait les 4 coins de la ville pour les trouver  : la préparation du couscous ici c’est tout un rituel, la préparation dure des heures, le savoir-faire  est un art.

 1-copie.jpg

10.jpgOn  fera le trajet de Tanger jusqu’au port en camion. Trajet effectué avec Abdoullah, le même chauffeur, qui avait tenté de nous amener à Tanger-Med, un mois plus tôt. Le grand sourire, on embarque le vélo qui est toujours très fragile et plus qu’incertain. On se demande à chaque mètre si une roue ne va pas lâcher, ou les freins..Enfin, on est plutôt sur le qui-vive. On n’aura pas trouvé les pièces ici pour réparer les roues correctement (une bonne trentaine de rayons reste à changer, les plaquettes..). Le chauffeur est un type super sympa. La tranquillité, le sourire et toujours une p’tite blague pas loin. 4.jpg
Direction Tanger-Med, à 40 kms de Tanger ville, donc, avec la France comme nouvel horizon. On prend la petite route qui longe la côte, vallonnée, magique. Cette route, Abdoullah la connait bien, il la prend très souvent car il assure les transports de marchandises entre les deux points. Il est tangérois de naissance, ce qui est très rare, nous explique-t-il : dans les années 70, il y avait seulement 50 000 habitants ici, contre 1 000 000 aujourd’hui.
Arrivée à Tanger-Med, le nouveau port : Un immense chantier, 3 ports sont ici en construction. Ça fourmille. On décharge comme on peut, sur un talus de terre battue, avec des bouts de planches, qu’on trouve à proximité.
Il fait chaud, on salut Abdoullah et on se dirige vers la gare maritime. On a notre ticket pour la France dans la  main, ça fait réfléchir. Chaque moment nous rapproche de plus en plus de notre bon vieux pays, qui nous paraît à des années lumières, depuis qu’on a fait le grand saut à dos de piano, et en même temps, qui n'a jamais cessé d'être à deux pas. A deux pas, dans le mental, à deux pas, dans notre manière de vivre avec les mêmes codes, en Europe, à deux pas, géographiquement, avec tous ces transports qui bouillonnent dans tous les sens tous les jours.. Validation du ticket auprès de la compagnie Comarit, puis on passe la douane. Les gens nous regardent avec un grand sourire. Vient notre tour. Les douaniers sont super sympas (comme tous ceux des frontières qu’on a traversé d’ailleurs..). Ils nous questionnent, questions plus personnelles que professionnelles, petite séance photo. Puis on se dirige vers l’entrée du bateau. On est en avance, dans 2h on sera sur le pont, à regarder l’eau salée depuis le haut.

7.jpg
Les voitures commencent à embarquer. Nous sommes postés à droite de la porte, on est sensés être les derniers à entrer...
 « Bonjour ! Alors comme ça, vous transportez un piano sur un vélo ? ».C’est le commandant du navire.. On restera à discuter au pied du bateau une bonne demi-heure. Il habite Marseille, (quand ce n’est pas un petit bateau, qui le conduit dans tous les recoins secrets de la belle bleue, avec sa femme). A la retraite, mais il exerce toujours.  Il ne peut pas se passer de la mer, mais sur le ferry, « il prend la place de personne ». Un homme comme on en rencontre pas tout les jours. Malgré son poste à responsabilité,  il reste disponible, à l’affût, attentif, présent : le charisme qui n’écrase pas et qui force le respect..
Il nous fait embarquer immédiatement sur le bateau, quelques marins nous poussent pour monter sur le ferry : le « fameux » Biladi. Le soir même, on est invité au carré du commandant, avec l’équipage. On pose les valises et on monte sur la passerelle du commandant pour assister au départ.
 8.jpg

Voyager en bateau nous fait entrer dans un autre espace-temps, un temps qu’on adore. A chaque fois qu’on est monté sur un ferry, le sentiment troublant de se sentir en mouvement, sans les jambes qui œuvrent pour pédaler..Ça nous provoque une sensation de voyage vraiment différente, des vacances, qu’on ne se lasse pas d’apprécier. On se laisse guider, comme deux gosses.  C’est le 7ème ferry depuis le départ. Celui qui marque le retour au pays. Dans le grand salon, les mondes se croisent, on est tous dans le même acquarium, propice aux rencontres, une communication plus spontanée. Ici on est encore un peu au Maroc. Il y a une mosquée à bord.

 1.jpg 

11.jpg


36h de traversée, 2nuits.
La vue de la France, et la manœuvre d’arrivée dans le port de Sète, on voit tout ça depuis la Passerelle (cabine de pilotage). Des larmes qui tambourinent sur les joues. J’avais oublié que c’était si fort de revenir.


9.jpg 5.jpg

 6.jpg

3.jpg

Le débarquement
La fin de l’expédition Pianotrip relève de l'anthologie. Le capitaine nous a prévu un container ( !!) à l’arrivée pour laisser le vélo quelques jours, afin d’aller chercher des pièces neuves (rayons, jantes).  A notre retour, à peine sorti du container, Le Janot (triporteur) a mis un terme à son épopée, en direct : une petite marche de 10-15 cm, comme on en a passé des centaines depuis le début.. Une toute petite marche qui fait que le moelleux de roue droite s'est brisé en solo. Les vis qui tenaient la roue au moelleux ont cédé, à même le sol. Une cassure nette, pile, dans l'enceinte sécurisée du port, comme un cadran de montre qui s'arrête avec une fissure, voici que j'envisage ce qui n'est pas visible de l'oeil mais qui clignote de partout dans l'air, et qui nous entoure: la ligne d’arrivée de ces 7000 kms en musique...
Avant de s’activer sur le qui-vive pour trouver au plus vite des cales et éviter un retournement dévastateur, on  assiste, le souffle coupé, à un arrêt physique instantané, à une arrivée jusque-boutiste ; une arrivée à temps réel, qui vient confirmer le caractère assez hors- norme de ce qui nous a tenu et traversé, sur les routes. Nos  corps et esprits sont fatigués, on ne le savait pas encore, mais on a fini par (y) arriver. On est là, à regarder l’embarcation qui vient de marquer l’arrêt du trip, pas mal épuisés, troués d’images, de musiques, et d’émotions assez diverses. Contents de s’être écoutés, sur le choix du billet retour en France.., Nous sommes encore en Zone internationale, la dernière blague de ce trip, qui aura toujours fait les choses à sa manière, à la fois ni queue ni tête et si infini de sens. Un douanier passe, s'arrête, La chair de poule lui court sur les bras, il nous les montre, hébété « je crois qu’il vient de se passer un truc de fou..Vous..Vous avez dû vivre un truc de fou depuis tous ces mois, ça me hérisse de partout ! » C’est à peu près cela, Monsieur.
Un dernier air sonne au piano.  Le dernier qui s'est ajouté au répertoire, en cours de route..Il résonne comme un ultime clin d'oeil à l'imprévu qui colle, dans toute sa nature, au temps du présent : « Le Marin », d'Alain Souchon.

On l’aura fait ce tour d’Europe. 

Et maintenant, c'est par où la suite?

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Carnet de bord
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 07:54
 Lole y Manuel-Sangre Gitana, Flamenco- Espagne / Maroc
 
 
Une musique qui fait le pont entre deux pays, entre deux continent, en lien étroits et profonds. A l'arrivée du port de Tanger, on l'avait dans l'oreillette.

Partager cet article

Published by Pianotrip - dans Malle aux trésors
commenter cet article