Partenaires de l'aventure

PART 2011

Publié dans : Carnet de bord
Dimanche 27 juin 2010 7 27 /06 /Juin /2010 19:05

LE VÉLO VOLÉ

Ou un épisode que Kafka et Pierre Richard auraient pu rédiger ensemble

le-Zorbas.jpg

         
...On y revient maintenant, au coeur de Miss Looze! 
Les rues au bord de notre hôtel sont craignos. (on y reviendra pas :). Chaque soir, nous portons donc le petit vélo dans notre pièce. Mais...Évidemment il y a un mais...Mais un soir où nous avons eu une intoxication alimentaire, les pensées embrouillées, nous avons sauté cette étape pour monter directement dormir, laissant le vélo attaché en bas. 

L'ESQUISSE D'UNE BONNE JOURNEE

Après une nuit en trou de gruyère, tu descends les 5 étages de l'établissement. Au palier de la réception, la seule info stridente qui transperce les brumes de ton esprit barbouillé, c'est qu'une banque a brulé et fait trois morts. Tu continues alors ta percée pour sortir dans la rue, et á contempler avec une semi-nausée le résidu de cadenas qui gît au sol en adieu subtil, tu te dis que oui, définitivement, cette journée va briller d'une splendeur rare...

Deux jours á ruminer le vol de ton vélo en mangeant du riz. Premiers instants précoces de nostalgie insurmontable où tu te rends comptes que tu n'avais jamais estimé sa valeur simple, et que si tu es arrivé á brûler ces 800km pour te retrouver ici, c'est bien lui qui t'as permis de les goûter, ces jours. La ville á cette époque exhibe alors le long de ses rues ses milles poubelles rances. Façon ostentatoire universelle d'exhaler publiquement son mécontentement salé á chaque coin de rue, mécontentement qui cuit gentiment au soleil. Nous, en ballade bucolique,nous glanons des yeux l'espoir de le voir émerger, déguisé en détritus, á la surprise d'un sac éventré. 

Velo.jpgCar non, évidemment, une fois réalisé l'attachement affectif qui te lie á ce vélo et surtout une fois disparu, c'est une certitude qui te tire des larmes et des gémissements, non, tu n'en veux pas d'autres de vélo. C'est LUI un point c'est tout!
Mais le troisième jour, il faut bien se rendre á l'évidence que le voyage ne s'arrete pas lá. On appelle á la rescousse Georges, notre guide-lumière du vélo, qui se plie en quatre pour nous amener dans des magasins spécialisés, où l'oeil glisse d'un vélo á l'autre, sans arriver á déterminer un choix. L'intoxication n'étant pas non plus réglée, Lou déclare forfait pour le reste de la journée, elle quitte le peloton afin de ramper bravement vers le café le plus proche. Rdv fixé dans une heure. ..Elle y restera 5 heures, á ruminer des questions sans réponses allant du Mais qu'est-ce qu'ils foutent? á Mais pourquoi ils n'arrivent pas??

C'est que, durant tout ce laps de temps, le duo s'est transformé sans le vouloir en expédition dans les bas-fond de la ville. À quelques rues de hôtel, le quartier vire en zone. Sans grand espoir, Chris et Georges s'y offrent quand même un aller-retour. "C'est simple, s'il y est, on le reperera tout de suite, parce que la marque n'existe pas en Grèce, il est le seul comme ça ici." Pas le temps de finir sa phrase que...Au milieu d'une rue bien fade...solidement cranté par deux cadenas de compet'...Le petit vélo s'offre á la vue des deux. Arret sur le paysage: Toi, dans cette rue, tu es le seul en short, le seul donc á s'apparenter á l'étiquette qu'on appelle communément "un touriste". Des gens, un peu partout, sont amassés en petit groupes. En tout cas, ça n'inspire pas l'envie d'hurler en danse indienne que tu viens de retrouver ici quelque chose qu'on t'as volé. La feinte, c'est donc de faire comme si de rien, bifurquer un peu plus loin sur un grand axe sans quitter des yeux l'engin, et joindre les autorités. 

LORSQUE TOUT PART EN CACAHOUETTE

En concentré, Chris et Georges appelleront deux fois la police, façon agent secrets, la police quant á elle, arrivera trois fois sur les lieux, sirène hurlante. Au cours de leurs différents passages, les agents leur expliquent chacun leur tour qu'ils ne peuvent rien faire, que la seule solution c'est de re-voler le vélo. Trois fois les sirènes se posent pour repartir en trombes. Paaaarfait! Parce que du coup, "A-y-est", le problème est complètement localisé dans la rue, il s'agit bien de ton short et tes tongues, plantées en offrande ingénue devant le vélo. Les gens commencent á se réunir. ça circule, ça se resserre. 
 Deux nigériens se jettent dans l'épisode en demandant quel est le problème. Aussitôt ils haussent le ton, s'énervent. Aïe, Aïe, Aïe, Aïe...Sauf qu'ils se révoltent en fait contre l'action du vol, et prennent l'incident et les deux touristes sous leurs ailes: "Ah? Faut le voler? faut le re-voler? Bah ouais y'a plus que ca á faire, mec. Bon bah c'est simple, y'a un magasin d'outillage á deux pas...Allez, á la pince!"

L'image des 5 minutes plus tard est saisissante: 
A demi-courbé sur la selle, attaquant l'acier des doubles barreaux au moyen d'une pince Monseigneur...
Comment aurais-tu pu deviner, en te réveillant, que tu allais incarner aujourd'hui la figure de l'apprenti-voleur en milieu confiné? 
...Comment aurais-tu pu surtout prévoir á cet instant tangeant bien précis...La 4ème arrivée-fanfare d'une patrouille de police qui, te voyant enfourché et affairé á la pince, brandit son gyrophare et t'encercle en te hurlant" Hey! What's going on there!" Les nigériens quant á eux, en profitent pour s'éclipser du panier, en mode crabes, et toi...Toi n'en pouvant plus, humble Don Quichotte moderne au bout du rouleau, tu lèves la tête et les bras au ciel pour leur hurler á t'en fendre la gorge: " I'M STEALING MY OWN BIKE!"  (et de continuer rageusement á attaquer le deuxième cadenas, entouré de 4 policiers qu'il faudra prendre le temps de ménager par la suite au poste. 

Cinq heures après donc, les retrouvailles du peloton au complet s'éffectuent á l'arrache, dans la rue de l'hôtel. 
Lou:"...Mais Mais qu'est-ce que t'as foutu???"
Chris: "...Un truc pas croyable, j'ai foutu!'" 
...Et au premier étage de l' hôtel, devant la réception, en trophée, le petit vélo trône, assurant son Come-Back. 
ÉPILOGUE
A pédaler  dessus le soir-même, pour reconduire le piano-vélo dans ses quartiers á l'IFA, on se dit qu'on est surement passés á côté de la valeur de ce qui nous faisait faire la route tous les jours. Cet attelage, on y tient. Ce qui aurait dû être fait depuis le depart se fait alors sur ce bout de chemin: on leur donne des noms, qu'ils porteront jusqu'a la fin. 
Pour le vélo-piano, rien de tel qu'un bon vieux JANOT, une valeur sure, terrienne et solide. 
Et lui...ce petit pilote bolide, après son enflammade grecque...C'est décidé, il s'appelera Zorba. 

 


 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés